Coalition Solidarité Santé Posts

Infolettre

Semaine nationale d’actions régionales de la Coalition solidarité santé Le privé, c’est tout sauf santé!

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 26 mai 2024

C’est avec conviction, espoir et détermination que la Coalition solidarité santé organise, avec l’appui de ses membres très mobilisés, une Semaine nationale d’actions régionales contre la controversée réforme Dubé en santé et la privatisation des soins de santé et de services sociaux.

Dans presque toutes les régions du Québec, des activités auront lieu lors desquelles plusieurs organisations viendront exprimer leur désaccord avec les politiques visant la privatisation des services de santé ainsi que leur centralisation. Il y a consensus au sein de la société civile et nous souhaitons nous faire entendre. 

Pendant la dernière semaine de mai, nous lancerons au gouvernement un message fort et clair : Le privé, c’est tout sauf santé!  L’objectif de ces actions est non seulement de faire pression sur le gouvernement pour arrêter la privatisation de notre réseau, mais aussi de sensibiliser la population aux dangers qui guettent l’accessibilité aux soins et aux services.

Selon les organisations membre de notre coalition, lesquelles proviennent de tous les secteurs de la société civile, le gouvernement du Québec fait fausse route en disant que le privé est la solution aux problèmes d’accessibilité au réseau public, alors qu’on sait très bien qu’il en est plutôt la cause! « Chaque clinique ou hôpital privé qui ouvre vient drainer les ressources du public et aggrave ainsi les problèmes d’accès au réseau public. Les médecins et le personnel de la santé et des services sociaux ne poussent pas dans les arbres, chaque travailleur.se qui va vers le privé est un.e travailleur.se de moins dans le public. On ne peut juste pas se permettre de voir le privé s’accaparer les précieuses et rares ressources du public », déclare Sophie Verdon, co-coordonnatrice à la Coalition solidarité santé.

En effet, le gouvernement choisit d’orchestrer un système où l’État subventionne les compagnies privées pour qu’elles dispensent des soins de santé. On rassure la population en lui disant qu’elle n’aura rien à payer car ce sera couvert par la carte d’assurance-maladie, mais au final, ce sont les Québécois.e.s qui, collectivement par le biais de leurs impôts, assumeront des coûts beaucoup plus élevés en santé afin de couvrir la portion importante de profits inhérente à la médecine privée.

Selon Geneviève Lamarche, co-coordonnatrice de la Coalition solidarité santé, « environ la moitié des soins de santé et de service sociaux sont déjà privatisés au Québec. Ceux-ci sont généralement moins performants et plus coûteux. De plus, le secteur à but lucratif induit de graves lacunes dans les soins offerts, comme ce fut le cas dans les résidences privées pour aînés pendant la pandémie. Même le ministre Dubé, favorable au privé, a dû interdire progressivement les agences privées au moyen d’une loi pour contrer leurs effets délétères désorganisant le réseau ».

« La Coalition ne peut accepter cette nouvelle réforme qui centralisera et privatisera davantage le réseau public de la santé. L’amélioration de l’accès aux soins et aux services de santé et services sociaux doit plutôt passer par une valorisation du réseau public et de son personnel. Les entreprises à but lucratif ne visent tout simplement pas les mêmes objectifs que ceux de l’État et de la santé publique », rappelle Sophie Verdon. 

À propos de la Coalition Solidarité Santé

La Coalition Solidarité Santé est un regroupement québécois d’organisations syndicales, communautaires, de groupes de personnes âgées, de personnes en situation de handicap et de personnes proches aidantes. La défense des grands principes qui constituent les pierres angulaires du réseau de santé depuis sa mise sur pied, à savoir le caractère public, la gratuité, l’accessibilité, l’universalité et l’intégralité, sont à la base de toutes les interventions de la Coalition Solidarité Santé.

-30-

Source : Coalition solidarité santé

Renseignements: Sophie Verdon/Geneviève Lamarche 514-442-0577 cssante@gmail.com  

Communiqués Démocratie Événements et actions Mobilisation Mobilisation en cours! Privatisation

Voici une liste des événements qui auront lieu lors de la semaine nationale d’actions régionales contre la réforme Dubé. Joignez-vous aux personnes de votre région, mobilisez-vous, partagez!

RégionDate et heure LieuType d’événementPersonne contact
 Bas St-LaurentVendredi 31 mai
12h-13h
Devant l’hôpital d’AmquiRassemblement avec tractage et prises de paroleLaurence Meunier-Dubé (APTS) lmdube.01@aptsq.com
Saguenay Lac-St-JeanJeudi 30 mai
Entre 7h45 et 9h
À l’entrée des hôpitaux de Dolbeau, Alma, Jonquière, La Baie, Roberval et ChicoutimiTractageHugues Boily-Maltais (TROC-02)
agentmobilisation@troc02.org
418-480-8226
Québec et Chaudière-AppalachesLundi 27 mai
15h
Devant le siège social de Santé Québec – Chemin Ste-FoyConférence de presseMarie-Joëlle Hotte (ROC-03)
info@roc03.com
418-524-7111
Mauricie et Centre du QuébecVendredi 31 mai
12h
Hôpital Ste-Marie de Trois-RivièresDéploiement d’une bannière : « En santé, le privé nous rend malades! »Marc Benoît (ROEPAM)
roepam.mauricie@gmail.com
819-690-2028
MontérégieSe joignent à MontréalCatherine Jetté (TROC Montérégie)
trocmon@videotron.ca
450-347-4110
MontréalLundi 27 mai
Avant-midi
Parc des Faubourgs
Métro Acadie
Action de visibilité et point de presse + possible activités de tractage près de cliniques privés (métro Acadie)Caroline Letarte-Simoneau (APTS)
clsimoneau@aptsq.com
514-206-7503  
LavalMercredi 5 juin de 11h à 12hFavrevilleRassemblement et point de presse Lisa-Marie   Lanoville Jackson
lmlanoville-jackson@siiial.com
514-267-0469
Abitibi-TémiscamingueJeudi 30 mai, entre 12h et 15hDans chaque MRCkiosque de conscientisation à la population + partage de vignettes sur les réseaux sociaux par la suiteDavid-Alexandre Desrosiers (CROC-AT)
liaison@crocat.ca
1-866-797-3822 #3
Laurentides Mercredi 29 mai 13h00Hôtel Mont-GabrielConférence de presseFarah Wikarski (ROC des Laurentides)
farah@roclaurentides.com
450-438-8005
EstrieMercredi 29 mai
13h à 15h
Carrefour de l’EstrieDéploiement d’une bannière avec le visuel de la campagne et tractageMarianita Hamel (Solidarité populaire Estrie)
solidaritepopulaireestrie@gmail.com
819-823-4131
Lanaudière Vendredi 31 maiHôpital de Joliette et de Pierre-Legardeur. Lieux commerciaux de Joliette, Repentigny et TerrebonneActivité de tractage dans 2 hôpitaux, 2 centres commerciaux et 1 CostcoPatricia Rivest (CSN)
Patricia.Rivest@csn.qc.ca
450-559-1190
OutaouaisLundi 27 mai  Vendredi 31 maiHôpital de BuckinghamÉmission d’un communiqué le 27 mai
Rassemblement le 31 mai
Collectif régional de mobilisation de l’Outaouais
liaison@trocao.org
819-568-9986
Action Santé Outaouais
819-771-8391 #333

Mobilisation

Alors que les députés débattent du projet de loi C 64 sur l’assurance médicaments, des membres de la Coalition canadienne de la santé, nos partenaires et des travailleurs/euses de la santé de première ligne qui réclament l’assurance médicaments pour tous.

Envoyer un message pour l’assurance médicaments à votre député ici [seulement en anglais] : https://action.healthcoalition.ca/pha… L’assurance médicaments pour tous !

Assurance médicaments

C’est avec grand plaisir que le comité démocratie de la Coalition solidarité santé vous partage la vidéo « Québec 2038 » .

Dans un style accessible et grand public, la vidéo nous projette dans 2 scénarios futuristes. Le premier se situe dans un Québec où les conséquences de la privatisation induites par la réforme Dubé rendent les soins et services de santé inaccessibles.  Le deuxième scénario nous amène dans un Québec qui a fait des choix de société où la santé est un droit et où la population a son mot à dire sur les soins et services offerts.

Nous vous invitons à partager largement cette vidéo dès aujourd’hui, auprès de vos membres, alliés et sur  vos réseaux sociaux.

Une grande mobilisation sociale est nécessaire pour que l’on puisse choisir ensemble le scénario dans lequel on veut vivre dans le futur.

Capsules vidéo Démocratie outils de sensibilisation Privatisation

Infolettre

Si ce projet de loi est présenté comme visant à rendre le système de santé et de services sociaux plus efficace, il est évident que le gouvernement considère la démocratie comme une entrave à l’efficacité. Malgré une collaboration exemplaire des partis d’opposition à l’étude détaillée, malgré l’ampleur de la tâche, la pléiade d’amendements apportées et les dangers que de très nombreux groupes de la société civile, dont nous, ont dénoncés sans relâche depuis mars dernier, le gouvernement persiste à prétendre qu’il a du courage et ira de l’avant avec le bâillon.

Nous vous invitons à lire notre communiqué publié hier, en réponse au recours au bâillon, ainsi que les réactions de certains de nos membres et celle de la Ligue des droits et libertés :

APTS

AREQ CSQ

CSN

CTROC

FIQ

FSSS-CSN

TRPOCB

Communiqués Démocratie

COMMUNIQUÉ POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

La réforme Dubé : TOUT SAUF SANTÉ

Québec, 30 novembre 2023 – Des centaines d’organisations s’unissent pour mettre en lumière les dangers du projet de loi 15 ou réforme Dubé en santé et services sociaux. Composée de syndicats, de groupes communautaires et de diverses organisations de la société civile, cette vaste coalition se mobilise sous le slogan TOUT SAUF SANTÉ.

Réitérant leur appel au dialogue, ces organisations demandent au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, de prendre un pas de recul et de ne pas imposer aux Québécoises et aux Québécois une nouvelle réforme centralisatrice qui soulève bien plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

« Ça fait des mois que des groupes, associations et experts de tous les horizons mettent en garde le ministre de la Santé et des Services sociaux contre les impacts dévastateurs que risque d’engendrer sa réforme si elle est adoptée dans sa mouture actuelle. À quelques jours de la fin des travaux parlementaires, l’heure est à l’unité. C’est pourquoi nous lançons tous ensemble cette campagne La réforme Dubé : TOUT SAUF SANTÉ, une campagne qui a été conçue pour que tout le monde puisse se l’approprier afin d’exiger du ministre qu’il revoit impérativement son projet de loi et par conséquent, son calendrier d’adoption », ont déclaré Lise Goulet et Nathalie Déziel, respectivement présidente et trésorière de la Coalition Solidarité Santé, qui prenaient la parole au nom de l’ensemble des organisations réunies en point de presse cet après-midi à l’Assemblée nationale.

En plus du dévoilement du slogan, trois travailleuses du réseau de la santé et du milieu communautaire ont lu une déclaration qu’on peut retrouver ici.

Outre cet appel à la mobilisation, notons également qu’une campagne citoyenne de lettres adressées à l’ensemble des député-es de l’Assemblée nationale est en cours afin de demander aux élu-es de faire tout en leur pouvoir pour freiner le projet de loi 15.

Rappelons enfin qu’en octobre dernier, plus de 250 groupes, associations et organisations issus des milieux communautaire, syndical, coopératif et médical ont signé une lettre ouverte pour dénoncer l’absence évidente de consensus autour de la réforme santé du ministre Dubé.

-30-


Regarder le point de presse des trois opposions officielles, de travailleuses du réseau de la santé et des services sociaux, de représentantes du communautaire et de la Coalition solidarité santé

Dans les médias:

Recours au bâillon | Des groupes et l’opposition demandent à Dubé d’y renoncer | La Presse

L’opposition fait pression pour éviter un bâillon sur la réforme Dubé en santé | Radio-Canada.ca

Mobilisation de dernière minute contre le projet de loi 15 | Le Devoir

Réforme de la santé: les opposants craignent le bâillon (lesoleil.com)

Communiqués Démocratie Événements et actions Revue de presse

Infolettre Non classé

L ’opposition à la réforme Dubé et au Projet de loi no 15 se poursuit

Campagne de lettres aux député.e.s

Envoi d’ici le 8 décembre prochain

Nous sommes très nombreuses et nombreux à exprimer publiquement notre opposition à la réforme Dubé et au projet de loi no 15.

En effet, en deux semaines seulement, plus de 250 organisations du Québec ont répondu à l’appel de la Coalition solidarité santé lancé le 11 octobre dernier et ont signé la lettre d’opinion Réforme Dubé : une absence évidente de consensus.  

Même si la lettre a déjà été publiée dans La Presse du 25 octobre –  Réforme Dubé | Une absence évidente de consensus | La Presse –  les organisations voulant s’ajouter à la liste des cosignataires peuvent toujours le faire https://lacsq.limesurvey.net/489148?lang=fr .

Comme vous le savez sans doute, le projet de loi mammouth de 1180 articles est toujours à l’étude. Et malgré les vives oppositions exprimées, nous craignons que celui-ci soit adopté sous le bâillon d’ici la fin de la présente session parlementaire, le 8 décembre prochain, ce qui serait une autre atteinte inacceptable à notre réseau public de santé et de services sociaux et, plus encore, une attaque directe à notre démocratie.

Il faut agir très rapidement et augmenter significativement la pression sur le gouvernement de la CAQ, mais également sur l’ensemble de nos élu.e.s

Aussi, la Coalition solidarité santé vous invite :

1.    À écrire dès maintenant à votre député.e (vos député.e.s) en utilisant le modèle de lettre ci-joint (modèle organisation), ou au premier ministre Legault si vous être une organisation nationale (modèle organisation nationale)  Voici le lien pour consulter la liste complète des députés (nom, circonscription, allégeance politique, courriel)   Députés – Assemblée nationale du Québec (assnat.qc.ca) 

Merci de mettre en copie conforme dans votre envoi courriel :

·         François Legault Écrire au premier ministre du Québec (gouv.qc.ca) ** Veuillez prendre note que François Legault ne publie pas l’adresse courriel de son bureau de Premier ministre, mais seulement de sa circonscription. Il est inscrit sur le site officiel du Gouvernement d'<< utiliser l’adresse de courriel [de la circonscription ] uniquement pour les demandes relatives à la circonscription de l’Assomption ou à la région de Lanaudière. >> **

·         Christian Dubé ministre@msss.gouv.qc.ca

·         Lionel Carmant ministre.responsable@msss.gouv.qc.ca

·         Sonia Bélanger Sonia.Belanger.PREV@assnat.qc.ca

·         Coalition solidarité santé    comitemobcss@gmail.com

2.    À inciter vos membres, partenaires et proches à participer à cet appel à l’action (modèle de lettre pour les individus également joint)

Nous vous remercions de votre précieuse mobilisation pour la défense de notre système public de santé et de services sociaux. Plus que jamais, nous devons envoyer un message très fort au gouvernement : si le gouvernement commet l’odieux d’adopter le PL 15 sous le bâillon, il nous trouvera sur sa route!

Démocratie Événements et actions Lettres Services publics

Assurance médicaments outils de sensibilisation

… le Canada est le seul pays développé dont le régime public de santé EXCLUT les médicaments prescrits de la liste des services assurés ?

Et il devient clair que c’est une erreur ! Nos membres et nous le réclamons depuis bien longtemps maintenant.

Une ordonnance pour le Canada : l’assurance-médicaments pour tous 
Rapport final du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments

Un régime entièrement public d’assurance médicaments: Une bonne nouvelle pour le Québec Union des consommateurs

<< Les experts estiment que le Canada a tout à gagner à aller de l’avant, non pas avec un régime parallèle ou mixte, mais bien avec un régime intégré au régime universel d’assurance maladie, comme l’ont fait tous les autres pays développés possédant un régime de santé public.

Quant au Québec, son régime mixte ne saurait servir d’exemple affirme avec force Marc-André Gagnon : « Le Canada est le deuxième pays le plus cher au monde en médicaments en termes de coût per capita, derrière les États-Unis, et au Canada, la province la plus chère, c’est le Québec. » >> extrait de Un millier d’experts réclament un registre d’assurance médicaments universel, Le Devoir, 16 août 2019.

Pour un régime d’assurance médicaments public universel , mars 2019

Saviez-vous que

Assurance médicaments

Première vignette d’une série sur les mythes et faits sur la privatisation dans le réseau de la santé et services sociaux. Une section avec des références pertinentes sera ajoutée avec les autres vignettes.

L’argent public, via les impôts des contribuables, finance le système privé. Ce dernier coûte finalement beaucoup plus cher, car il doit dégager des profits.

Démocratie

Voici une lettre ouverte ayant été acheminée aux médias, concernant le Plan pour mettre en oeuvre les changements nécessaires en santé, sorti en avril dernier. Cette lettre est l’initiative du Comité démocratie de la Coalition.

Refondation du système de santé : plan ambitieux ou simple façade ?

Le 29 mars 2022, le ministre de la Santé, Christian Dubé, présentait en grande pompe son « Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé[1] ». Un plan en 50 points, concernant autant le personnel et les organismes communautaires que les infrastructures et le financement. Ce plan répond-il réellement aux besoins ou sert-il de façade permettant au gouvernement d’agir comme bon lui semble ? Depuis plusieurs mois déjà, la dichotomie entre le discours et les actions est notable.

En octobre dernier, le premier ministre nommait déjà la volonté de mettre sur pied un système de santé plus « humain » et plus « performant », deux termes pourtant difficiles à concilier, et annonçait son désir de s’affranchir des agences privées.

À ce jour, les actions faites par le gouvernement n’atteignent que très partiellement les objectifs. Certaines mesures incitatives visant à combler en partie la pénurie de personnel ont en effet été offertes, mais plusieurs se sont avérées impopulaires en raison des nombreuses conditions imposées et n’ont pas permis d’attirer la main-d’œuvre escomptée. De plus, l’arrêté ministériel encadrant et limitant les privilèges accordés au personnel des agences privées n’a pas été appliqué uniformément dans toutes les régions du Québec, démontrant toute la complexité du problème. On peut aussi douter de l’efficacité des mesures envisagées dans le plan Dubé.

S’affranchir du privé tout court

Le nombre croissant de contrats de gré à gré, sans appels d’offres publics, justifiés par l’état d’urgence sanitaire coûte collectivement de plus en plus cher. Ces contrats sont financés à même les fonds publics et grugent le financement déjà insuffisant du système public. Pour bâtir un réseau public fort il faut non seulement s’affranchir des agences privées, mais aussi du privé tout court.

Le défi du gouvernement est donc d’améliorer les conditions de travail, de stabiliser les équipes, de diminuer la mobilité et d’agir concrètement sur les facteurs d’attraction et de rétention du personnel dans le réseau public tout en assurant la qualité et la continuité des services et des soins offerts.

Le Plan santé énonce des idées maîtresses sans prévoir d’échéancier ni de moyens concrets afin d’atteindre les objectifs énoncés. Pourtant, il semble que des échéanciers et des plans d’action existent, mais le sous-ministre adjoint responsable de l’accès à la documentation entourant le Plan santé, M. Daniel Desharnais, refuse de les diffuser sous prétexte de préserver la confidentialité[2]. Ce manque de transparence constitue un grave affront à la démocratie et prive la population de données précieuses pour juger du plan.

Les organismes communautaires inquiets

Le plan inquiète aussi les organismes communautaires qui ne veulent surtout pas être réduits à de simples prestataires de soins et de services sous-traitants de l’État. Ils ne veulent pas être comptabilisés parmi les installations du réseau et intégrés aux services de première ligne. Les organismes communautaires sont autonomes et indépendants et tiennent à le demeurer.  Est-ce que, pour le gouvernement Legault, innover signifie vraiment de sous-traiter davantage au communautaire ?

Une refondation, vraiment ?

La Coalition Solidarité Santé maintient que la solution réside dans un réinvestissement massif afin de renforcer le système public universel, accessible et de qualité. Pour y arriver, il faut :

  • Rendre publics dès maintenant les échéanciers et les plans d’action reliés au Plan santé
  • Décentraliser les processus décisionnels et favoriser une réelle participation démocratique
  • Réitérer l’indépendance des organismes communautaires autonomes
  • Améliorer rapidement les conditions de travail et d’exercice du personnel de la santé afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau public et assurer l’accès, la qualité et la continuité des soins
  • Réinvestir massivement dans le système public et diminuer significativement l’apport du privé dans le système de santé
  • Octroyer les contrats exclusivement par le biais du processus d’appels d’offres public
  • Réaliser un audit public des contrats de gré à gré octroyés durant la pandémie

La Coalition Solidarité Santé souhaite que le Plan santé soit davantage qu’une plateforme politique partisane et qu’il en ressorte une réelle volonté de changement ainsi que des actions concrètes pour améliorer le réseau public de santé et de services sociaux.


[1] Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé | Gouvernement du Québec (quebec.ca)

[2] “Québec refuse de publier son échéancier pour réformer le système de santé.” Radio-Canada.ca, 27 April 2022, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1878103/sante-quebec-ministre-reforme-protecteur-suivi-plan-refus-acces?utm_campaign=Revue%20de%20presse%20de%20l%27Ordre%20des%20travailleurs%20sociaux%20et%20des%20th%C3%A9rapeutes%20conjugaux%20et%20familiaux%20du%20. En ligne, 4 mai 2022.

Analyse, chronique et lettre ouverte

Infolettre Non classé