Coalition Solidarité Santé Posts

Pour la Coalition Solidarité Santé, le gouvernement québécois ne peut penser adopter un projet de loi sur l’élimination de la pauvreté sans y inclure des mesures concrètes qui l’obligeront à revoir plusieurs décisions gouvernementales dans le domaine de la santé et des services sociaux. Des études de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont d’ailleurs largement démontré qu’investir dans la santé est un puissant moyen de lutter contre la pauvreté tout en favorisant le développement économique et social des peuples.

Communiqués

Pour la Coalition sur l’assurance médicaments, la Coalition Solidarité Santé et la Coalition des médecins pour la justice sociale, il ne fait aucun doute que le projet de loi 98 sur l’assurance médicaments ne réglera pas les principaux problèmes  auxquels est confrontée la population à l’égard de l’accès aux  médicaments.

Communiqués

Participant à la journée pancanadienne d’action sur la santé, la Coalition Solidarité Santé a décidé de faire l’étendage sur la corde «de la justice sociale», des attentes des Québécoises et des Québécois face au gouvernement Chrétien. Pour Marie Pelchat, porte-parole de la Coalition, «il est temps que le fédéral assume pleinement ses responsabilités en matière de santé et c’est ce que devrait lui rappeler la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada présidée par M.

Communiqués

Depuis près de 20 ans, tous les groupes qui ont étudié l’avenir du système de santé québécois ont été unanimes à réclamer une priorité à  l’accès à des services de santé et des services sociaux de première ligne. Pourtant, le gouvernement québécois fait fi des consensus en investissant, à ce moment-ci,  l’équivalent de deux stades olympiques dans la construction de bâtiments destinés à la livraison de services médicaux spécialisés et ultraspécialisés et un autre stade dans un projet de carte à puce dont l’efficacité n’a pas été démontrée.

Communiqués

Selon la Coalition Solidarité Santé, la nomination de M. François Legault comme ministre d’État à la Santé et aux Services sociaux  est surprenante. M. Legault a, par le passé,  souvent opposé santé et éducation dans l’octroi des ressources gouvernementales. Son passage au ministère de la Santé et des Services sociaux devrait le convaincre que la santé et l’éducation sont deux des missions fondamentales de l’État québécois. Heureusement dès sa nomination, M.

Communiqués